L'ABEILLE NOIRE AUTOCHTONE DE FRANCE
Apis mellifera mellifera 


L'homme et l'abeille noire partagent une longue histoire commune. Or, l'avenir de l'espèce est gravement menacée. Son extinction serait une perte inestimable. Il nous revient à tous, apiculteurs ou amateurs de produits de la ruche, de prendre nos responsabilités et de faire les bons choix.


L'abeille noire en héritage


Les premières abeilles sont apparues sur Terre il y a environ 100 millions d'années, peu après les premières fleurs. 

Présente sur la quasi totalité de notre planète, l'abeille mellifère, Apis mellifera,  est représentée par plusieurs sous espèces, dont la différenciation est le fruit d'un long processus d'évolution et d'adaptation.  

L'espèce à laquelle appartient "l'Abeille noire", Apis mellifera mellifera, évolue depuis 6 millions d'années. Elle est présente en Europe depuis 1 million d'années.  Implantée en France il y a environ 10 000 ans, elle s'est parfaitement adaptée aux conditions écologiques et climatiques particulières de nos régions. 

L'abeille noire fut la première abeille décrite scientifiquement: elle est l’archétype de l’abeille méllifère, appelée aussi "abeille domestique".

Son patrimoine génétique, fruit de ses origines et de son évolution, représente un héritage innestimable. 


Abeille noire de france



"Il est temps de réaliser le rôle que joue cet insecte, (...) et les conséquences qu'auraient la perte du patrimoine génétique de cette abeille. Nous partageons un lien historique, culturel, alimentaire et médical avec elle. Sachons le préserver. "

Astrid Nathalie Karine TOULLEC 

Miel Abeille noire

Un rôle clé pour la biodiversité


Les abeilles jouent un role essentiel pour notre écosystème. 

Bien qu'elle ne soit pas le seul insecte pollinisateur, l'abeille "domestique", en pollinisant plus de 80% des espèces de plantes à fleurs dans le monde, est le plus fréquent et le plus efficace.

En butinant à la recherche de nectar et de pollen, l’abeille contribue largement à la pollinisation de la flore sauvage. Elle améliore aussi considérablement le rendement des récoltes des plantes cultivées. 

Trois quart des cultures mondiales à la base de l'alimentation humaine, dont presque tous les arbres fruitiers, dépendent de l'activité pollinisatrice des abeilles sauvages ou domestiques 

L'abeille domestique est une alliée inestimable pour l'agriculture.

Interaction Abeilles / Humains


L'abeille n'a pas besoin des Hommes. Elle peut parfaitement vivre à l'état naturel: on ne peut donc pas vraiment parler d'animal domestique. Pourtant Hommes et Abeilles vivent au coté l'un de l'autre depuis des milliers d'années.

Depuis l'époque des chasseurs cueilleurs au néolithique jusqu'à l'apiculture moderne en ruches à cadres, les Hommes et les Abeilles partagent une longue histoire commune 

Leur "domestication" a permis aux peuples de bénéficier depuis l'antiquité des bienfaits alimentaires et thérapeutiques de nombreux produits fabriqués ou collectés spécifiquement par les colonies d'abeilles.  

Pratiquée presque partout dans le monde , l’apiculture reposait sur l’exploitation des abeilles locales. Sur les continents où elle n'était pas présente, l'homme au fil de ses migrations, a importé l'abeille avec laquelle il avait l’habitude de travailler.

Depuis des millénaires, les humains vivent au côté d’Apis mellifera mellifera. Cette interaction a largement contribué à la diversité génétique et à la répartition géographique de l'espèce. 

Pourquoi l'abeille noire est t-elle aujourd'hui menacée? 


Depuis une cinquantaine d'années, les populations d'insectes de part le monde se sont effondrées. La liste des périls auxquels ils doivent faire face est longue mais tous sont causés par l'activité humaine et ses impact directs ou indirects sur leur environnement. 

Concernant l'abeille mellifère, il existe un facteur supplémentaire de grande fragilisation: de par sa valeur économique , elle est devenue l'objet d'une exploitation irraisonnée. 

L'apiculture moderne, avec l'avènement des ruches à cadre il y a 150 ans, a permis une prise de contrôle quasi totale sur la sélection génétique des abeilles domestiques, au profit de souches considérées plus "rentables". Victime d'une mauvaise réputation (agressivité et moindre productivité principalement), Apis mellifera mellifera a été métissée partout où elle était présente dans le monde, sans contrôle. 

En découle un appauvrissement génétique considérable de l'espèce; à terme, elle pourrait disparaitre irrémédiablement. 

Nous pouvons encore la sauver

Si l'apiculteur est devenu un facteur de menace majeur pour les abeilles, il est aussi en capacité de devenir leur protecteur à condition d'accepter de questionner ses pratiques de travail et ses attentes. 


Au delà des enjeux éthiques et environnementaux liés à sa sauvegarde, l'abeille noire présente aussi des atouts qu'il serait bon de considérer. Ils concernent principalement l'avantageuse adaptation de l'abeille noire à son milieu qui lui confère de grandes qualités de rusticité.


Non seulement la réputation d'agressivité dont elle est affublée est infondée (elle est liée au métissage) mais elle présente de nombreuses qualités: puissance de vol et de travail, adaptation de son rythme annuel à la flore locale, excellentes capacités d'hivernage....
Heureusement aujourd'hui, grâce au travail de quelques pionniers, de plus en plus d'apiculteurs, dont je fais partie, prennent fait et cause pour l'abeille noire et pour sa sauvegarde. 

La collaboration de l’Homme et de l’abeille noire perdure depuis des millénaires. Il est primordial de la préserver car sa perte serait irréparable! 



Je me suis appuyée, pour rédiger cet article, sur la thèse de doctorat vétérinaire réalisée par Astrid Nathalie Karine TOULLEC   : ABEILLE NOIRE, Apis mellifera mellifera, HISTORIQUE ET SAUVEGARDE


Merci pour son précieux travail !

A propos de mon expérience


Comme beaucoup d'apiculteurs, j'ai été séduite à mes débuts par les qualités de douceur et de productivité que l'on m'avait décrites, concernant certaines espèces d'abeilles métisses.


J'ai donc crée mon premier rucher avec des abeilles buckfast.


Assez rapidement, j'ai souhaité, pour des raisons d'éthique, accueillir des essaims d'abeilles noires.


Je dois avouer que les premières visites au rucher ont été "impressionnantes"! Le temps passant, avec l'expérience, mes relations avec les colonies d'abeilles noires sont devenues nettement plus sereines.


Ce sont des abeilles dont j'aime le tempérament. Elles acceptent ma présence et mes interventions, à conditions qu'elles ne soient pas trop intrusives. Si je commets une erreur, elles me le font savoir. Il ne tient qu'à moi de rectifier, de partir si ce n'est pas le bon moment, ou d'affronter leur courroux si je décide d'insister. 

J'ai le sentiment que leur caractère affirmé (mais pas agressif)  implique que je sois avec elles dans une relation d'écoute et de réciprocité. Cela me convient tellement mieux que des abeilles soumises.


La principale difficulté en revanche est, malgré le travail de sélection que je m'efforce de faire, de préserver les souches que j'élève, du métissage.


Choisir de travailler au coté de l'abeille noire n'est peut être pas la voie la plus facile en apiculture mais elle est de loin, de mon point de vue, la plus intéressante.